Narco

Date de sortie le 01/12/2004

Synopsis

Narco

Gustave Klopp est narcoleptique. Il s’endort n’importe où, n’importe quand, ses fréquentes crises de sommeil subit sont aussi brutales qu’inattendues. Si cette maladie constitue un véritable handicap pour sa vie professionnelle, elle lui permet cependant de vivre, dans ses rêves, des aventures inoubliables.

À peine endormi, Gustave devient Klopp, un super-héros invincible et vengeur. Gus partage sa vie entre Pam, sa femme, qui tient une boutique de manucure et qui rêve, elle, à des jours meilleurs, et Lenny Bar, son meilleur ami, karatéka approximatif, disciple inconditionnel de Jean-Claude Vandamme.

Ce petit monde est prédestiné à une vie simple et pépère, dans une petite ville qui sent bon le bonheur et la sérénité. Mais Gus a décidé de «  » bouger son cul «  », comme le lui a demandé si gentiment Pam, et a entamé une thérapie de groupe. Son psy, Samuel pupkin, a découvert que Gus transforme ses rêves en incroyables bandes dessinées.
Aidé par Guy Bennet, un comique raté reconverti dans l’édition, ils décident de s’approprier l’oeuvre de ce génie méconnu. Pour cela, une seule solution, se débarrasser de Gustave Klopp.

Evaluation: 2.00 /5. À partir de 1 vote.
Veuillez patienter...
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 thoughts on “Narco

  1. Dogone says:

    Le principe du film peut laisser craindre le pire (l’histoire d’un narcoleptique) : « oulàààà ça va etre une comédie bien lourde avec des gags à la con… »
    En fait, pas du tout! Le scénario est plutôt sympa, la réalisation est vraiment original en cherchant à donner une dimension surréaliste au film, jusqu’à pousser à la parodie certains plans…
    Et puis il y a les personnages… tous plus exagérés et charismatiques les uns que les autres.
    On aime ou on n’aime pas; personnellement, j’ai adoré!

    Pas encore de votes.
    Veuillez patienter...
  2. Sophie_6 says:

    Ambiance américaine travaillée, B.O. bien construite.
    Après, le fond…c’est autre chose.
    Reste le passage très mémorable des « changements d’états » de Guillaume Cannet.

    Pas encore de votes.
    Veuillez patienter...